Revenir à BD sur l’autisme

En vrac

Cette partie présente des Bandes Dessinées sur l’autisme qui ne forment une continuité ni par la redondance d’un personnage, ni par un sujet, une thématique ou un fil conducteur. C’est ce qui me vient à l’esprit.

 

1. Le diagnostic d’autisme

Beaucoup de personnes autistes aiment les chats. C’est un intérêt spécifique ou en tout cas un centre d’intérêt plutôt courant, surtout chez les femmes.

Diagnostiquer l’autisme chez les femmes : l’amour des chats

 

2. Le pouvoir anxiolytique des chats

 

3.  Mon monde intérieur

Parmi les stratégies de compensation et d’adaptation développées par le fait d’être différent, les personnes autistes utilisent notamment ce que Tony Attwood nomme « escape into imagination » (la fuite vers l’imaginaire). Selon lui ce mécanisme résulte du fait d’être moins performant socialement. Les émotions et sentiments sont moins partagés avec autrui et sont internalisés. Les enfants ou adultes autistes peuvent développer des mondes imaginaires complexes comprenant parfois des amis imaginaires. Dans ces mondes imaginaires les personnes sont les héros de leur propre monde et peuvent se représenter une vie avec plus de succès que dans la réalité où ils sont souvent en difficulté. Ainsi les personnes autistes peuvent employer cette stratégie si leur environnement devient menaçant, s’il y a trop de stimulations ou pour « recharger les batteries » lorsque leur niveau d’énergie est trop bas.
C’est pourquoi certaines personnes autistes ont parfois l’air complètement absorbé dans leurs pensées, au point que des psychanalystes comme Bruno Bettelheim aient pu les qualifier de « forteresse vide ». Or, si l’apparence extérieure de la personne laisse penser qu’elle est triste ou apathique, c’est un tout autre scénario qui peut se jouer dans son monde intérieur.

 

Un monde à l’intérieur : la forteresse n’est pas vide