Revenir à Les acteurs

Les politiques publiques

Les politiques publiques de l’autisme prennent forme à travers les plans autisme qui orientent les actions, les appels à projet et les dispositifs des accompagnements proposés aux familles et aux personnes.

 

 

 

Le premier plan autisme a été lancé en 2005 suite à une condamnation de la France par la cour Européenne pour le non-respect des droits des personnes autistes. Les plans autisme se sont succédés : 2005-2007, 2008-2010, puis 2013-2017. Ils sont composés de mesures définies et financées par le gouvernement dans le but de rattraper le retard de la France en matière d’accompagnement des personnes autistes. Ils sont disponible au format PDF à la fin de cette page.

Vous trouverez à la fin de cette page le plan autisme 2013-2017 dans sa globalité, ainsi que la synthèse qui en est le résumé. Mais comme je sais, qu’il n’est pas toujours aisé, d’accéder avec facilité, à l’information lorsque le contenu peut paraitre dense et confus, je vais encore réduire la taille de la synthèse en émettant l’hypothèse que cela vous incite à prendre connaissance de la suite.

 

Plan autisme 2013-2017.

Il s’articule autour de 5 axes :

  1. Diagnostiquer et intervenir précocement
  2. Accompagner tout au long de la vie
  3. Soutenir les familles
  4. Poursuivre la recherche
  5. Sensibiliser et former des acteurs de l’autisme

 

Axe 1 : Diagnostiquer et intervenir précocement

Cela passe par deux niveaux de mise en œuvre :

  • Le repérage et le diagnostic : il s’appuie dans un premier temps sur un réseau d’alerte, qui permet le repérage dès les premiers signes de l’autisme. Il est composé principalement par les professionnels de la petite enfance (puéricultrices, assistantes maternelle), les personnels de l’éducation nationale (instituteur, infirmière, médecin) ainsi que la médecine de ville (pédiatre, médecin traitant …). Dans un second temps le repérage se fait par un réseau de diagnostic dit « simple » avec une équipe pluridisciplinaire de proximité (CAMSP, CMPP). Dans un troisième temps le diagnostic est effectué dans les Centres de Ressource Autisme pour les cas complexes.
  • L’accompagnement précoce et intensif : cela est possible par l’intermédiaire de pôles régionaux d’intervention très précoce par les CAMSP ou par des SESSAD spécialisés. Il est également prévu de mettre en place des unités d’enseignements en maternelle qui regroupe des enseignants de l’éducation nationale et des professionnels du secteur médico-social.

 

Axe 2 : Accompagner tout au long de la vie

Il s’agit de transformer et renforcer les établissements et services médico-sociaux existants :

  • Faire évoluer les pratiques pour garantir la mise en place effective des recommandations de l’HAS et de l’ANESM dans l’accompagnement des personnes autistes mais aussi une meilleure prise en compte des besoins des personnes par les MDPH et une continuité des parcours de vie.
  • Le rôle des CRA sera également consolider autour de leur mission d’accueil  et de conseil aux personnes et à leur famille et de permettre davantage l’expression de la parole des usagers au sein de ces institutions.
  • Création de place de SESSAD et d’autres dispositifs spécialisés dans l’accompagnement des enfants avec autisme (ULIS, unité d’enseignement…) pour soutenir une scolarisation adaptée en milieu ordinaire.
  • Création de place de MAS et FAM afin de répondre au manque de structure spécialisée pour les personnes autistes les plus dépendantes ainsi que l’amélioration du diagnostic des adultes.
  • L’élaboration d’une recommandation  de bonne pratique pour l’accompagnement des adultes autistes.

 

Axe 3 : soutenir les familles

Plusieurs actions permettent de développer cet axe :

  • La mise en place de formation à l’autisme pour les personnes concernées et/ou leur famille. Ces formations seront assurées par les CRA.
  • Positionner l’ANCRA dans un rôle de coordonnateur des CRA afin d’harmoniser les pratiques au sein de l’ensemble des CRA.
  • Création d’un site internet qui regroupe les connaissances validées et actualisées en matière d’autisme.
  • Offrir des solutions de répit pour les familles sous la forme d’hébergement temporaire des personnes autistes

 

Axe 4 : Poursuivre la recherche

Il y a un manque d’information scientifique sur l’autisme, plusieurs points doivent être développés :

  • La recherche sur les origines et les mécanismes de l’autisme
  • Renforcer le diagnostic précoce et approfondir la taxonomie
  • Développer les collaborations entre recherche fondamentale et clinique afin de valider des interventions comportementales et éducatives
  • Mieux connaitre les altérations dues à l’autisme afin de favoriser l’inclusion sociale

 

Axe 5 : Sensibiliser et former l’ensemble des acteurs à l’autisme

  • Former les professionnels de santé
  • Former les travailleurs sociaux et les professionnels du secteur social et médico-social
  • Former les professionnels de l’éducation nationale
  • Adapter et poursuivre la formation des formateurs
  • Développer des formations dans l’enseignement supérieur : l’objectif étant de mettre en place des formations de niveau licence et master sur le thème des troubles du spectre de l’autisme

 

Le plan autisme 2013-2017

La synthèse du plan autisme 2013-2017

Le plan autisme 2008-2010

Le plan autisme 2005-2007

 


Source : Le plan autisme 2013-2017