Les échelles de Vineland

Les échelles de Vineland 2 sont la deuxième édition d’un questionnaire structuré permettant de mesurer les comportements adaptatifs chez les personnes évaluées.

 

 

Les échelles de Vineland : présentation de l’outil

La Vineland Adaptativ Behavior Scales ou échelles des comportements adaptatifs de Vineland date de 1935 et a été établie par Edgard Doll sous l’intitulé Vineland Social Maturity Scale. Elle a ensuite été revue en 1965 puis en 1984 et enfin en 2015 par l’équipe de Sara Sparrow. Ce test a été traduit en français et est disponible auprès des ECPA Editions du Centre de Psychologie Appliquée.

Les comportements adaptatifs sont définis comme étant « l’ensemble des habiletés conceptuelles, sociales et pratiques apprises par la personne et qui lui permettent de fonctionner au quotidien » (définition de l’AAMR American Association of Mental Retardation, 2003). Ce test n’est donc pas uniquement destiné uniquement à un public de personne autiste, il peut aussi permettre d’évaluer les personnes déficientes intellectuelles. Il est néanmoins très répandu dans les Centres de Ressources Autisme car il permet de mesurer l’autonomie des personnes dans la vie quotidienne. Or une des principales difficultés rencontrées par les personnes autiste est la généralisation des compétences c’est-à-dire l’application pratique de connaissances théoriques dans les actes du quotidien les plus ordinaires. Ce test va être une aide à la pose d’un diagnostic en complément d’autres tests (ADOS, ADI, WAIS…) mais surtout il va permettre de lister les points forts et les points faibles des comportements adaptatifs de la personne et donc permettre une intervention ciblée sur les principales difficultés rencontrées par la personne autiste dans son quotidien. Il permet également de suivre l’évolution de la personne puisqu’il peut être utilisé à plusieurs reprises. Cela permet donc d’évaluer les progrès d’une personne à quelques années d’intervalle et de voir si les actions éducatives mises en place lui ont été bénéfiques.

Il est normalement destiné aux enfants de la naissance à 18 ans et 11 mois ainsi qu’à la population adulte en cas de déficience intellectuelle. Il est parfois utilisé pour des adultes autistes sans déficience intellectuelle car il peut y avoir un écart important entre leurs capacités cognitives et l’application pratique de ces connaissances dans la vie courante.

Les échelles de Vineland se composent de trois outils :

  • Version enquête : se compose de 297 items et permet de faire ressortir les points forts et les points faibles. Elle est administrée sous forme d’entretien semi directif et dure entre 20 et 60 minutes. Les items sont regroupés en domaines et sous domaines et respectent un ordre développemental. Dans les CRA, c’est souvent cet outil qui est utilisé lors de l’évaluation de la personne autiste.
  • Version étendue : se compose de 577 items reprenant ceux de la version enquête. Elle permet une analyse plus détaillée de la personne et donne un profil par domaine évalué. Cela permet de mettre en place un programme d’intervention adapté pour la personne autiste. Elle est administrée sous forme d’un entretien semi directif qui dure entre 60 et 90 minutes.
  • Version classe : se compose de 244 items et permet d’évaluer le comportement dans un environnement classe. Elle est donc destinée à l’évaluation des enfants uniquement contrairement aux deux autres outils. La version classe prend la forme d’un questionnaire rempli par l’enseignant qui accompagne les enfants à partir de trois ans et jusqu’à douze ans et onze mois.

Pour les deux premiers outils, le questionnaire est rempli par l’intermédiaire d’un entretien avec la personne qui connait le mieux le sujet à évaluer. La présence de la personne évaluée n’est pas nécessaire. C’est en général un parent qui répond aux questions mais cela peut également être un professionnel du secteur médico-social qui connait bien la personne. Avant de débuter l’entretien l’examinateur a besoin de situer l’âge mental du sujet afin d’avoir un point de départ pour chaque domaine. L’entretien peut être effectué par un psychologue ou tout professionnel ayant eu une formation à cet outil et ayant une maitrise et une expérience de l’évaluation et de l’interprétation de ce test.

Les échelles de Vineland sont originaires des Etats-Unis où elles ont été testées sur un échantillon de 3000 personnes (1500 filles/1500 garçon), 723 familles ont ensuite participé au premier essai national de l’échelle. La fiabilité test-retest des échelles de Vineland a obtenu une corrélation de .85, ce qui signifie que les résultats varient peu après plusieurs passations dans un même temps. La fiabilité inter-cotateur est de .87 ce qui signifie que les échelles ont un bon degré de standardisation : quelque soit l’examinateur qui fait passer le test les résultats varient peu. Et la fiabilité inter-répondant obtient une corrélation de .83.

En France c’est Fombonne et Achard (1990) qui ont adapté l’outil aux spécificités socio-culturelles du pays sur un échantillon de 108 parents (58 garçons/50 filles).

 

Les échelles de Vineland : fonctionnement et analyse

Description de la version « enquête »

Les 297 items sont répartis comme suit :

Les échelles de Vineland : domaines et sous domaines de la version enquête

Les échelles de Vineland : domaines et sous domaines de la version enquête

Quelques exemples d’items des échelles de Vineland

Les items se réfèrent à l’âge de la personne : les premiers items correspondent aux tâches les plus simples que même un petit enfant devrait savoir faire, et en fin d’échelle sont regroupées les tâches les plus complexes.

Dans le domaine de la communication : les items vont de 1 à 67

Item 1. Tourne les yeux et la tête en direction d’un son

Item 2. Écoute au moins momentanément quand la personne qui s’occupe de lui habituellement lui parle

Item 3. Sourit en réponse à la personne qui s’occupe de lui habituellement

Item 67. Écrit des lettres d’affaires

Dans le domaine de l’autonomie : les items vont de 1 à 92

Item 1. Montre qu’il s’attend à être nourri en voyant un biberon,  le sein ou de la nourriture

Item 2. Ouvre la bouche quand on lui présente une cuillère avec de la nourriture

Item 54. Connaît la valeur des différentes pièces de monnaie

Item 92. A un compte en banque et l’utilise de manière responsable

Dans le domaine de la socialisation : les items vont de 1 à 66

Item 1. Regarde le visage de la personne qui s’occupe de lui habituellement

Item 4. Montre de l’intérêt pour les nouveaux objets ou les nouvelles personnes

Item 37. A un meilleur ami du même sexe

Item 66. Sort en couple avec un ou deux autres couples

 

Une cotation est effectuée par le professionnel qui administre le test pour chaque item selon les indications suivantes :

  • 2 : Si la personne fait souvent cette activité de manière satisfaisante.
  • 1 : S’il l’exécute parfois, ou de manière inadéquate, ou s’il ne fait qu’une partie de l’activité correctement.
  • 0 : S’il ne fait jamais ou que très rarement l’activité, quelle que soit la raison. Par exemple l’individu est trop jeune, immature, un handicap physique l’en empêche, on ne le lui permet pas, on ne le lui demande pas, on ne le lui a jamais appris, l’individu n’a pas conscience de l’intérêt de l’activité.
  • N : (Ne s’applique pas) Uniquement lorsque cette cotation est prévue pour l’item. Elle signifie que la performance requiert un objet qui n’est pas disponible dans l’environnement du sujet (télévision, téléphone…)
  • NS : (Ne Sait pas). La personne interrogée n’a pas connaissance de la performance. A partir de 5 « NS » par domaine, les résultats ne sont pas valides pour ce domaine.

Dans le calcul final, les NS et les N comptent pour un point.

A la suite de cette cotation le professionnel obtient une note brute par sous domaine, une note brute par domine et une note brute totale. La note brute est convertie en note standard à l’aide des tables de conversion fournies avec le test. Cette note standard dépend de l’âge chronologique de la personne. Le niveau d’autonomie est calculé différemment pour un enfant de cinq ans qui doit réaliser un nombre moins important de tâches que pour un adulte qui doit maitriser le fait de savoir faire les courses, gérer ses papiers administratifs…

La somme des notes standards des trois premiers domaines permettent d’obtenir la note standard globale. La note maximale est de 160, la minimale de 20, la moyenne est à 100, et l’écart-type est de 15. A cette note est ensuite attribué un rang percentil. Ex : note standard 115, rang percentil 84, cela signifie de 84 % des personnes ont une note inférieure.

En fonction de la note standard obtenue, cinq niveaux adaptatifs peuvent être définis :

  • Haut
  • Modérément Haut
  • Adéquat
  • Modérément bas
  • Bas

 

Les moyennes obtenues en France dans les trois domaines principaux sont les suivantes :

Les échelles de Vineland : moyenne des résultats obtenus pour l'échantillon français

Les échelles de Vineland : moyenne des résultats obtenus pour l’échantillon français

 


Source :

Vineland-II échelle d’évaluation du comportement socio adaptatif de vineland, 2015, sparrow s.s., phd, cicchetti d. V., phd, balla d.a., adaptation française ecpa