Cinq sujets brulants dans la recherche sur l’autisme en 2019

Cet article est une traduction du texte de la revue de vulgarisation Spectrum News, Five hot topics in autism research in 2019. Elle complète l’article que j’ai dernièrement traduit sur les 10 avancées majeures en 2019 dans la recherche sur l’autisme.

Cette année, les chercheurs ont trouvé des indices sur les causes de l’autisme – et comment le traiter – à partir de diverses sources.

Les progrès dans de très petits modèles du cerveau humain ont révélé de nouveaux détails sur la biologie de l’autisme et fourni des plateformes possibles pour tester des thérapies. Les études de la fréquence cardiaque ont mis en lumière le système nerveux autonome comme source possible de traits autistiques. Et d’autres ont forgé un lien controversé entre le microbiome intestinal et l’autisme.

Quelques études ont révélé des informations importantes sur les moments clés auxquels différentes formes d’autisme peuvent être traitées. Cette année a aussi regardé de plus près les tests utilisés pour le dépistage et le diagnostic, révélant des lacunes et des limites dans le système d’identification des enfants autistes.

Voici les cinq principaux sujets de l’année dans la recherche sur l’autisme.

Les fabricants de cerveau

Les organoïdes cérébraux commencent comme de simples grappes de cellules souches, qui sont ensuite regroupées pour devenir des cellules cérébrales. Cette année, la durée de vie de ces ‘cerveaux en éprouvette’ est passée à un an à près de deux ans, leur permettant de se développer et d’imiter certains aspects du cerveau humain. Dans les organoïdes à longue durée de vie, les chercheurs ont suivi les changements dans l’expression des gènes de l’autisme.

Ils ont découvert que les organoïdes dérivés des cellules de la peau des personnes autistes manquent de cellules qui suppriment l’activité cérébrale. La découverte soutient la théorie du déséquilibre de signalisation de l’autisme, qui dit que le cerveau des personnes autistes est hyper-excitable.

Cette année, les scientifiques ont également construit de minuscules répliques de deux zones cérébrales reliées par une longue fibre qui pourraient révéler comment les connexions à longue distance sont modifiées dans le cerveau des personnes autistes.

Les organoïdes cérébraux issus de personnes atteintes du syndrome de l’X fragile peuvent aider à expliquer pourquoi certains médicaments expérimentaux de l’X fragile fonctionnent chez la souris mais pas chez l’homme – et génèrent des pistes pour des thérapies efficaces. Les organoïdes pourraient également fournir une plateforme pour tester les traitements, car les chercheurs peuvent désormais produire des centaines de ces cellules cérébrales amalgamées en parallèle et les rendre uniformes dans leur forme et leur composition.

Des applications plus éloignées comprennent des études de la conscience et des effets de la microgravité sur le cerveau. Dans un des premiers signes de la formation, les organoïdes cérébraux ont montré des schémas de mise à feu neuronaux synchronisés, dont certains aspects ressemblent à ceux des prématurés.

Au sujet du cœur

De nouvelles preuves ont émergé liant l’autisme au fonctionnement du système nerveux autonome, qui contrôle la respiration, la fréquence cardiaque et la digestion. Les différences dans le système pourraient expliquer une gamme de traits d’autisme, y compris les difficultés sociales et la sensibilité sensorielle, ainsi que les problèmes cardiaques et les problèmes digestifs.

Beaucoup de ces différences apparaissent dans la fréquence cardiaque. La fréquence cardiaque reste stable chez les personnes autistes qui respirent au lieu du schéma typique de ralentissement léger à l’expiration et d’accélération à l’inspiration. Cet écart apparaît après l’âge de 18 mois, à peu près au même moment où les traits fondamentaux de la condition émergent. Les enfants atteints du syndrome de Rett ont également des schémas de fréquence cardiaque inhabituels.

Ces différences peuvent persister au-delà de l’enfance. Une étude a montré que la fréquence cardiaque au repos des adultes autistes varie rarement; une fréquence cardiaque régulière suggère un manque de flexibilité pour répondre aux changements environnementaux.

Les réactions de l’intestin

Les enfants autistes sont inhabituellement sujets à des problèmes gastro-intestinaux. Cette association peut ne pas être une coïncidence: certaines mutations génétiques ou altérations du microbiome – le mélange de microbes dans les intestins – peuvent contribuer à la fois à l’autisme et aux problèmes intestinaux.

Quatre études sur des souris en 2019 ont fourni de nouvelles preuves – dont certaines controversées – pour soutenir cette idée. Dans une étude, les chercheurs ont remplacé les microbes intestinaux des souris par ceux des garçons autistes. Les souris ont des comportements répétitifs, font moins de vocalisations et passent moins de temps à socialiser que les témoins, fournissant la première preuve que les microbes intestinaux contribuent aux traits de l’autisme.

Mais quelques heures après la publication de l’étude, plusieurs experts ont critiqué sa petite taille d’échantillon et ses résultats très variables. D’autres ont trouvé une possible erreur statistique.

Dans une étude indépendante, les chercheurs ont révélé que des doses orales de Lactobacillus reuteri, un type de bactérie intestinale présente dans le yogourt et le lait maternel, renforcent le comportement social dans trois modèles de souris autistes. Et deux autres séries de résultats suggèrent que les mutations du NLGN3, un gène de l’autisme à haute confiance, modifient la fonction intestinale. L’un d’eux a montré qu’une mutation de ce gène perturbe le microbiome de la souris.

Moments opportuns

Les médicaments contre l’autisme peuvent être plus efficaces lorsqu’ils sont administrés pendant une «période critique» de développement cérébral. Les chercheurs ont délimité les fenêtres pour le traitement des traits d’autisme dans des modèles de souris et de rats porteurs de la condition.

Une étude a révélé qu’au moment où les souris atteignent l’âge adulte, elles ont perdu leur capacité à apprendre des expériences sociales. Donner aux souris adultes une injection de 3,4-méthylènedioxyméthamphétamine (MDMA), l’ingrédient actif de l’ecstasy, rouvre la fenêtre critique de l’apprentissage.

Dans une autre étude, les chercheurs ont administré le médicament contre le cholestérol lovastatine à des modèles de syndrome du X fragile chez le rat. Les chercheurs ont découvert que si le traitement, est administré à l’âge de 4 semaines (l’équivalent de l’enfance chez le rat), il prévient les problèmes cognitifs.

La période de traitement peut être plus importante pour certaines formes d’autisme que pour d’autres. Une étude sur des souris manquant de UBE3A, le gène muté dans le syndrome d’Angelman, a montré que plus le gène est restauré tôt dans la vie, plus les souris s’améliorent.

En revanche, une mutation du gène de l’autisme SCN2A a beaucoup d’effets similaires sur les neurones lorsqu’elle est introduite chez des souris adolescentes que lorsqu’elle est présente dès la conception. Et des résultats non publiés montrent que la correction d’une mutation SCN2A à l’âge adulte inverse ces problèmes.

Erreurs dans la détection

Une série d’études cette année a remis en question l’exactitude du dépistage précoce et a révélé des disparités raciales dans les diagnostics d’autisme.

Certaines études mettent en doute l’utilité d’un outil de dépistage largement utilisé, la Modified Checklist for Autism in Toddlers (un test de détection utilisé chez les tout-petits) : le test identifie moins de 40% des enfants autistes, et 85% de ceux qu’il signale ne sont pas d’autisme.

Parmi les très jeunes enfants, les indicateurs de test, la plupart ne reçoivent pas d’évaluation de suivi. Et pour ceux qui sont revus, un diagnostic définitif peut ne pas être possible tout de suite. Certains enfants dont le dépistage est négatif à l’âge de 3 ans ne répondent aux critères diagnostiques de l’autisme qu’après l’âge de 5 ans.

Tous les enfants n’ont pas un accès égal aux évaluations de l’autisme, les enfants noirs et hispaniques étant désavantagés dans plusieurs États américains. Dans le New Jersey, les enfants noirs sont deux fois moins susceptibles que les enfants blancs de recevoir une évaluation de l’autisme avant l’âge de 3 ans.

Environ 9% des enfants autistes peuvent passer un diagnostic d’autisme mais ont encore d’autres conditions qui nécessitent un accompagnement, soulignant la nécessité d’une observation continue pour s’adapter à leurs besoins en évolution.

Features / Special reports / 2019: YEAR IN REVIEW, Five hot topics in autism research in 2019

(1 commentaire)

    • copreaux dominique on 2 janvier 2020 at 16 h 29 min
    • Répondre

    particulièrement intéressant on avance merci

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.