L’analyse ne trouve aucune preuve concernant une méthode de communication populaire de l’autisme

Cet article est une traduction du texte Analysis finds no evidence for popular autism communication method dont vous trouverez les références complètes à la fin de l’article.

Une étude complète n’a trouvé aucune base scientifique pour une technique controversée censée aider les personnes autistes à communiquer1.

Dans la «méthode de guidage rapide», une personne formée à la technique tient un tableau alphabétique ou une tablette et invite, à l’aide de mots ou de gestes, une personne autiste à pointer ou à tapoter des lettres, des mots ou des images.

La méthode ressemble à une technique discréditée, appelée communication facilitée, dans laquelle une personne applique une pression sur la main ou le bras d’une personne autiste pour l’aider à partager ses pensées via un tableau ou une tablette. Une série d’études rigoureuses remontant aux années 1990 a montré que les messages créés par une communication facilitée sont presque toujours contrôlés par le facilitateur – avec parfois des conséquences néfastes.

Le guidage rapide nécessite également l’aide d’une autre personne, bien que, contrairement à la communication facilitée, l’assistant n’exerce pas de pression physique.

Cependant, compte tenu des similitudes entre les deux techniques, les experts préconisent depuis longtemps de ne pas utiliser la méthode de guidage rapide jusqu’à ce que sa validité et son efficacité soient prouvées. Selon eux, il est possible que le facilitateur influence les messages – intentionnellement ou non – en déplaçant le dispositif de communication ou par des signaux subtils.

Il est absolument essentiel de réaliser un test aussi rigoureux que celui appliqué à la communication facilitée (…) Le temps nécessaire pour utiliser une technique non prise en charge réduit le temps nécessaire aux interventions légitimes.

explique Ralf Schlosser

professeur en sciences de la communication et troubles de la communication à la Northeastern University de Boston, dans le Massachusetts, qui a dirigé la nouvelle étude.

Soma Mukhopadhyay, la mère d’un homme autiste non verbal, a créé la méthode de guidage rapide pour son fils il y a près de 30 ans et l’a depuis enseignée à des centaines d’autres. Les experts se disent troublés par le fait que la méthode a gagné du terrain auprès des familles et des écoles.

Tout est utilisé sur la base de preuves anecdotiques et de science zéro, selon cette revue

déclare Pat Mirenda

professeur de psychologie de l’éducation et du conseil à l’éducation de spécialité à l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver, Canada. “C’est vraiment problématique.”

Aucune validité

Environ une personne autiste sur quatre parle peu ou pas de mots (Bal V.H. et al. J. Child Psychol. Psychiatry Epub ahead of print 2016). Pour aider ces personnes à s’exprimer, les orthophonistes ont souvent recours à la communication augmentée et alternative. Ce type d’intervention comprend divers outils et méthodes conçus pour remplacer ou compléter la parole, tels que le générateur de parole répondant aux contractions des joues du physicien Stephen Hawking.

Contrairement au guidage rapide et à la communication facilitée, ces outils ne nécessitent pas de facilitateur et mènent à une communication indépendante, et des organisations professionnelles telles que la American Speech-Hearing-Language Association appuient leur utilisation.

Schlosser et ses collègues ont parcouru des bases de données scientifiques afin d’étudier l’efficacité de la méthode de guidage rapide pour les personnes autistes. Ils ont trouvé 108 études mentionnant la méthode, mais aucune n’a répondu à leurs critères de validité d’un test thérapeutique. Ils ont rendu compte de leurs résultats en mai dans le Journal of Autism and Developmental Disorders.

Il n’ya pas de fondement scientifique au [guidage rapide] (…) Il n’a pas été démontré que cela conduisait à une communication indépendante, et cela dépend très rapidement.

déclare Diane Paul

directrice des questions cliniques en orthophonie à l’American Speech-Hearing-Language Association, qui n’a pas participé à l’étude.

Paul affirme qu’une première version de la nouvelle étude a conduit son association à recommander le recours au guidage rapide, dans une déclaration de politique générale publiée en août 2018. L’Association américaine des déficiences intellectuelles et du développement désavoue également cette technique.

La nouvelle étude “répond au plus haut niveau” en matière de rigueur scientifique, a déclaré Oliver Wendt, professeur adjoint en sciences de la communication et des troubles de la communication à l’Université de la Floride centrale à Orlando, qui n’a pas participé aux travaux. “Il devrait y avoir beaucoup plus d’études expérimentales sur la méthode de guidage rapide.”

Wendt, Schlosser et d’autres reconnaissent que le manque de preuves ne signifie pas que la méthode est inefficace. Les résultats soulignent plutôt le besoin d’études pour déterminer qui génère les messages produits lors d’une invite rapide. Selon les experts, si ces études suggèrent que la méthode relaie de manière fiable les pensées de la personne autiste plutôt que de celle du facilitateur, la prochaine étape consisterait à vérifier si cette technique améliore les capacités de communication de la personne autiste.

  1. Schlosser R.W. et al. Rev. J. Autism Dev. Disord. Epub ahead of print (2019)

Analysis finds no evidence for popular autism communication method ,by Nicholette Zeliadt  /  15 August 2019, Spectrum News

Vous êtes intéressé par l'actualité scientifique sur l'autisme ?
Inscrivez-vous à Comprendre l'autisme
Et recevez un e-mail à chaque fois qu'un nouvel article est publié
Adresse e-mail non valide
Vous recevrez entre 3 et 5 mails par mois, faites l'essai vous pourrez vous désinscrire à tout moment et c'est entièrement gratuit

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.