Le projet Chatounets : hypersensibilité au bruit

image_pdfimage_print

L’hypersensibilité au bruit fait partie des particularités sensorielles expérimentées par certaines personnes autistes.

Le projet Chatounets : hypersensibilité au bruit
Le projet Chatounets : hypersensibilité au bruit

En cas d’hypersensibilité le canal de perception est trop ouvert et trop de stimulations parviennent au cerveau.

En cas d’hyposensibilité le canal n’est pas assez ouvert et trop peu stimuli arrivent au cerveau.

L’hypersensibilité au bruit est une des plus rapportée dans l’autisme. Elle peut prendre des formes très diverses selon les individus. Pour certains la sensation correspond à celle de sons amplifiés qui peuvent parfois être douloureux. Pour d’autres, cela se traduit par le fait d’entendre des fréquences inaudibles pour les êtres humains typiques et d’être donc sans cesse gêné par des bruits. D’autres encore n’arrivent pas à dissocier les sons les uns et d’autres. Dans tous les cas les personnes autistes hypersensibles au bruit fuient les environnement trop bruyants ou agités. Ils ont un sommeil légé puisqu’ils sont dérangés au moindre bruit et peuvent être effrayés par des sons soudains (comme un téléphone qui sonne ou un bébé qui pleure).

Ils se couvrent souvent les oreilles de leurs mains afin d’éviter les bruits. Ils peuvent parfois produire eux même des sons répétitifs pour étouffer les sons qui les gênent.

Il existe plusieurs solutions en cas d’hypersensibilité auditive :

  • la méthode Thomasis : qui consiste à passer une batterie de test pour identifier précisément de quelle nature est l’hypersensibilité auditive. A la suite de quoi un programme individuel est proposé d’habituation aux sons avec des filtres mis en place. Attention les études montrent des résultats controversés.
  • la méthode Berard : qui consiste en une rééducation mécanique qui ferait le lien avec l’aire du cerveau concernée.
  • les méthodes de protections : bouchons d’oreilles, casques anti-bruits, isolement dans un lieu calme, réduction de la source de bruit.

Référence : Sensory perceptual issues in autism and Asperger syndrome par Olga Bogdashina

Cet article a 8 commentaires

  1. Christine91

    Bonjour,
    Je suis Christine, j’ai 37 ans et je suis porteuse du syndrome d’Asperger.
    Ma fille de 5 ans Esther a de l’hyperaccousie, dont nous nous sommes aperçues car elle refuse d’aller dans certains lieux sensés être agréables (cinéma, patinoire), où alors elle y passe de mauvais moments. Il lui arrive également de se plaquer les mains contre les oreilles en classe, et nous craignons que son apprentissage en souffre.
    je soupçonne ma fille de souffrir également d’autisme car elle a déjà présenté des symptômes pour lesquels un suivi est prévu en libéral, j’ai été diagnostiquée en libéral.
    Néanmoins, quand on l’a montrée à l’ORL, j’ai vu que d’une part l’hyperaccousie n’est pas bien prise en charge par la sécurité sociale (comme c’est le cas pour les baisses d’audition), et d’autre part qu’il était difficile d’avoir un examen pour connaitre les degrés d’hyperaccousie pour savoir quelle sorte de bouchon prévoir. Vers quel professionnel faut-il s’orienter ? Un audioprothésiste peut-il faire ces tests ?
    D’avance merci pour ces réponses et pour votre site qui est très intéressant.

    1. Phantom

      bonjour, c’est vrai qu’il est compliqué de faire une évaluation auprès d’un orl. Certains ergothérapeutes ou psychologues formés au profil sensoriel peuvent éventuellement faire passer des tests. Je ne sais pas si un audioprothésiste peut faire les tests. En attendant ca peut être une solution d’acheter un casque anti-bruit pas trop cher ou des bouchons d’oreilles et demander directement à votre fille si elle ressent une amélioration. J’espère que vous trouverez une solution 🙂

      1. Christine91

        Bonjour et merci pour cette réponse rapide !
        Je vais demander à la psychologue qui me suit si elle sait auprès de quel professionnel il faut s’adresser.
        Dans l’immédiat on va acheter des bouchons d’oreille sur mesure et prévenir notamment l’école, de façon qu’ils sachent comment réagir. Là elle va rentrer en CP, elle sait déjà lire certes mais il y a plein d’apprentissages à faire !
        Merci encore, et vraiment votre site est très complet et m’aide à comprendre beaucoup de choses.

        1. Phantom

          Merci pour vos encouragements. C’est la raison même de la création de ce site : aider les personnes autistes et leur proche à mieux comprendre leur fonctionnement.
          Les bouchons d’oreilles sont une bonne alternative, c’est plus discret qu’un casque, il faut juste voir si ca ne lui fait pas mal au niveau du conduit auditif (hypersensibilité tactile). Bon courage à toutes les deux pour la rentrée

  2. Yvette Tessaro

    J’ai une hypersensibilité aux bruits.
    Pourriez-vous m’indiquer un ORL sur Paris qui me fasse passer les tests pour voir exactement les causes et connaître les possibles améliorations. La majeure partie des ORL n’ont pas le matériel nécessaire.
    Avec mes remerciements
    Meilleurs sentiments
    Yvette Tessaro

    1. Phantom

      Je suis désolée, je n’ai pas du tout de contact d’ORL à Paris, j’habite en région Lorraine.

  3. Claire

    Bonjour,

    Je suis stagiaire dans une classe d’enfants TSA et j’ai eu un appel avec une maman pour un suivi à domicile. Elle me fait part de la peur de son enfant lorsqu’ils allument le mixeur ou le robot de cuisine. Nous émettons l’hypothèse qu’il ne supporte pas les bruits de ces appareils et qu’ils doivent “émettre” d’autres sons que l’aspirateur par exemple car il accepte l’aspirateur. Lorsque les parents allument le robot de cuisine, l’enfant demande tout de suite à le ranger et en a peur au point de ne pas pouvoir ouvrir le placard dans lequel il se trouve. Une idée pour l’aider à s’habituer à ce bruit et à faire en sorte qu’il dissocie l’appareil du bruit qu’il fait était de filmer cet appareil et de lui montrer la vidéo sans son et de monter progressivement le son. Ce qui est déjà bien, c’est qu’il ne manifeste pas de peur en voyant l’objet mais dès que la maman monte le son, il part se cacher dans une pièce. Est-ce que vous auriez des idées ? Je me demandais si lui apprendre à se boucher les oreilles pouvait déjà être une étape ? Que pensez-vous de cette situation ?

    Merci pour votre réponse

    1. Phantom

      Bonjour l’idée de la vidéo est plutôt bien, je pense que ca pourra l’aider. Par contre apprendre à se boucher les oreilles est vraiment à double tranchant. J’ai fait un stage dans un foyer médicalisé pour personnes autistes et une femme du foyer à qui on avait appris à se boucher les oreilles avait les mains vissées sur les oreilles toute la journée, au point qu’elle n’utilise plus ses mains pour faire des activités ou même pour manger. Il était très difficile de lui apprendre à porter un casque à la place. je pense qu’il vaut mieux travailler directement l’habituation au casque anti-bruit. Il faut aussi faire attention à ce qu’il l’utilise avec parcimonie car moins on est exposé au bruit plus cela devient difficile de le tolérer. Il faut trouver un juste milieu pour que la personne puisse se protéger quand elle est en difficulté mais que ca ne devienne pas un réflexe automatique dès qu’il y a un peu de bruit. Bon courage en tous les cas.

Laisser un commentaire