Le projet Chatounets : hypersensibilité au bruit

L’hypersensibilité au bruit fait partie des particularités sensorielles expérimentées par certaines personnes autistes.

Le projet Chatounets : hypersensibilité au bruit
Le projet Chatounets : hypersensibilité au bruit

En cas d’hypersensibilité le canal de perception est trop ouvert et trop de stimulations parviennent au cerveau.

En cas d’hyposensibilité le canal n’est pas assez ouvert et trop peu stimuli arrivent au cerveau.

L’hypersensibilité au bruit est une des plus rapportée dans l’autisme. Elle peut prendre des formes très diverses selon les individus. Pour certains la sensation correspond à celle de sons amplifiés qui peuvent parfois être douloureux. Pour d’autres, cela se traduit par le fait d’entendre des fréquences inaudibles pour les êtres humains typiques et d’être donc sans cesse gêné par des bruits. D’autres encore n’arrivent pas à dissocier les sons les uns et d’autres. Dans tous les cas les personnes autistes hypersensibles au bruit fuient les environnement trop bruyants ou agités. Ils ont un sommeil légé puisqu’ils sont dérangés au moindre bruit et peuvent être effrayés par des sons soudains (comme un téléphone qui sonne ou un bébé qui pleure).

Ils se couvrent souvent les oreilles de leurs mains afin d’éviter les bruits. Ils peuvent parfois produire eux même des sons répétitifs pour étouffer les sons qui les gênent.

Il existe plusieurs solutions en cas d’hypersensibilité auditive :

  • la méthode Thomasis : qui consiste à passer une batterie de test pour identifier précisément de quelle nature est l’hypersensibilité auditive. A la suite de quoi un programme individuel est proposé d’habituation aux sons avec des filtres mis en place. Attention les études montrent des résultats controversés.
  • la méthode Berard : qui consiste en une rééducation mécanique qui ferait le lien avec l’aire du cerveau concernée.
  • les méthodes de protections : bouchons d’oreilles, casques anti-bruits, isolement dans un lieu calme, réduction de la source de bruit.

Référence : Sensory perceptual issues in autism and Asperger syndrome par Olga Bogdashina

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.