Les Chatounets amoureux

image_pdfimage_print

Construire une relation amoureuse n’est pas toujours simple pour les personnes autistes. Si cela peut être complexe pour tout le monde, s’ajoutent ici les difficultés liées à l’autisme.

Le projet Chatounets : les relations amoureuses

Si on a longtemps pensé que les personnes autistes, et de manière plus générale celles en situation de handicap, n’avaient pas de souhait d’accéder à des relations amoureuses et/ou sexuelles, la plupart des recherches récentes viennent contredire les préjugés existants en la matière. Environ 47 % des adultes autistes partagent leur maison – et leur vie – avec un partenaire (1).

Oui, les personnes autistes peuvent ressentir des émotions et aimer ou s’attacher à d’autres personnes et avoir une relation amoureuse. Elles pourront par contre ne pas toujours reconnaître les signaux sociaux envoyés par une autre personne. Elle peuvent aussi ne pas toujours reconnaître leurs propres émotions.

Initier et maintenir une relation amoureuse et les obligations sociales qui en découlent, comme interagir socialement avec la famille ou les amis du partenaire, avoir de bonnes habiletés dans la communication et la capacité à prendre en compte le point de vue de l’autre, sont des domaines avec lesquels les personnes autistes ont souvent des problèmes.

Les difficultés de prise de décision, le manque de flexibilité, l’auto-absorption, la dérégulation émotionnelle et les sensibilités sensorielles entravent encore les tentatives des personnes TSA pour établir des relations amoureuses

Strunz, S , références en bas de page

Une autre difficulté peut être liée à l’aspect de la perception sensorielle chez les personnes autistes, notamment en ce qui concerne le toucher et la proximité physique. Les personnes autistes n’aiment parfois pas être touchées ou alors il faut les prévenir avant et qu’elle puisse voir la personne qui les touche pour ne pas être surpris. Une étreinte ou un baiser peuvent être des situations difficiles à gérer pour une personne autiste.


Références :

Gotham, K., Marvin, A. R., Taylor, J. L., Warren, Z., Anderson, C. M., Law, P. A., … Lipkin, P. H. (2015). Characterizing the daily life, needs, and priorities of adults with autism spectrum disorder from Interactive Autism Network data. Autism19(7), 794–804.

Strunz, S., Schermuck, C., Ballerstein, S., Ahlers, C. J., Dziobek, I., & Roepke, S. (2017). Romantic Relationships and Relationship Satisfaction Among Adults With Asperger Syndrome and High‐Functioning Autism. Journal of Clinical Psychology, 73(1), 113-125.

Cet article a 4 commentaires

  1. Christine91

    Bonjour, merci pour cet article.
    Il y a plusieurs choses qui me viennent à l’esprit quant aux relations amoureuses et aux difficultés à les mettre en place.
    Quand j’étais adolescente j’étais frappée de mutisme dès que je me retrouvais à proximité de la personne que j’aimais, pour qui les sentiments étaient très réels et très profond, alors même que je ne pouvais discuter avec elle. Le bonheur et la crainte de dire des bêtises me paralysaient. Du coup je n’ai jamais réussi à aborder une personne qui me plaisait, sauf par internet, mais en face à face ça ne fonctionnait pas.
    Je ne comprenais pas non plus les relations amicales où la personne semblait s’intéresser à moi. Pour moi il s’agissait de drague et comme la personne ne m’intéressait pas, je la rembarrais… J’ai aussi pris l’amitié que j’éprouvais pour des amis avec qui je communiquais plus facilement pour de l’amour. Tous les sentiments, en la matière, étaient sans dessus dessous.
    Il y a aussi autre chose qui gêne les relations amoureuses surtout je pense chez les adolescents autistes : c’est le fait que, étant moqué constamment, on peut se refuser de vivre un rejet par la personne par qui on est attiré. On préfère être seul mais pas moqué, comme on a du mal à trier les personnes et leurs attitudes. Je me rappelle aussi m’être dit que ce serait mieux pour le garçon que j’aimais de ne pas être informé, car sinon soit il se moquerait de moi, soit il serait également moqué pour être avec moi ou exclu, et je ne voulais pas que ça arrive. Les moqueries qu’on a pu subir et le rejet dont perdre énormément confiance en soi et surtout en les autres, et nouer une relation amoureuse ou même simplement amical est périlleux.
    Pour ma part je sais que ce sont dans mes relations amoureuses et ma façon de les appréhender que mon autisme se voit le plus clairement.

    1. Phantom

      Merci pour votre témoignage qui apporte une illustration tout à fait intéressante et partagée par beaucoup de personnes autistes. Le fait effectivement de ne pas comprendre immédiatement les signes qui permettent de différencier l’amour de l’amitié est une difficulté communément rencontrée par les personnes autistes.
      Et des études ont montré les expériences de vie négatives comme le fait d’être harcelé, provoque un déficit important de confiance en soi.
      Je pense que si votre autisme se voit davantage dans les relations amoureuses, c’est lié au fait que ce sont des relations qui demandent une très forte compétence dans des domaines où nous sommes plus déficitaire : la communication et les interactions sociales.
      Encore merci pour votre témoignage et j’espère que vous trouverez un moyen d’aborder ces relations complexes si cela est votre souhait.

  2. Lol05

    Bonjour, je suis neurotypique et amoureuse d’un homme aspi depuis plusieurs années mais il ne le sait pas. Nous sommes amis, nous n’avons jamais abordé la question amoureuse ni la question de l’autisme. Mais, il y a eu un événement important et depuis il fait tout pour combler mes désirs, mes attentes. Je ne sais pas comment interpréter son comportement. Il est devenu incroyablement gentil, prévenant, attentionné, il fait tout pour me faire plaisir. Comment savoir si c’est un comportement encore amical ou amoureux ? Merci beaucoup pour votre aide.
    Lol05

    1. Phantom

      Bonjour, difficile de répondre à votre question car je ne vous connais pas bien ni la personne dont vous parlez. Vous pourriez peut être éventuellement directement lui demander la raison de son changement de comportement à votre égard ? Ou évoquer le fait que vous trouvez qu’il a changer de comportement et vous verrez ce qu’il vous répond.

Laisser un commentaire