10 idées reçues sur l’autisme : une animation pour lutter contre les préjugés

image_pdfimage_print

Quelques idées reçues sur l’autisme :

“ha bon il est autiste, ca ne ce voit pas. En plus il est mignon”.

“Regarde le petit là, il est autiste, c’est surement la faute de sa mère”.

“Leur gamine est soit disant autiste, mais en fait elle est juste capricieuse, c’est parce que ses parents lui passent tout”.

Malheureusement, encore trop de parents et de personnes autistes sont victimes d’idées reçues sur l’autisme. Cela a un retentissement considérable dans la vie des personnes concernées et de leurs proches.

Cela peut les empêcher d’accéder à un emploi, à la scolarisation, à un diagnostic ou un accompagnement adapté et contribue à les exclure des différents champs de la société.

Cette courte animation interactive est un outil de sensibilisation pour déconstruire certaines idées reçues sur l’autisme.

Pour démarrer l’animation il faut cliquer sur “play” en bas de la première page. Ensuite, il faut cliquer sur la phrase ou sur le bouton “suivant” pour faire défiler les pages.

Vous pouvez mettre l’animation en plein écran en cliquant sur les trois petits points en bas à droite puis sur les deux flèches.

12 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • Latinne sur 23 mai 2020 à 13 h 22 min
    • Répondre

    Bien sauve pour la premiere affirmation,
    Le mot maladie Allez voir ethimologyquement.
    L’autisme est une maladie & n’est pas une insulte tout les handicape sont tous des maladie.
    Maladie est un dereglement interne ou extreme du corps qui peut se guerrire, mais pas les pathologies congenital ou accident & tout le reste.
    Le plus marent quand vous allez a l’hopital en amerique la vous comprene que tout est maladie pour les assurances, donc non le mot maladie n’est pas une insulte.
    PS je suis autiste.

    1. j’ai hésité aussi sur ce point, je pense que tu as raison, ca n’est pas aussi évident si on fait un débat de fond. Dans le cadre de cette animation, je suis partie des représentations négatives que peuvent se faire certaines personnes de l’autisme, qui pensent encore que cela peut être contagieux ou qui cherchent à guérir l’autisme avec des méthodes parfois franchement douteuses voir dangereuses. Après réflexion il aurait sans doute était plus juste de formuler ainsi “il n’y a pas de traitement pour l’autisme”

    • Felix sur 23 mai 2020 à 14 h 31 min
    • Répondre

    Super, bravo

    1. Merci 🙂

    • Nisol Isabelle sur 23 mai 2020 à 17 h 47 min
    • Répondre

    Est-il normal qu’un jeune adulte asperger rompt avec sa famille?

      • Lilie sur 20 juillet 2020 à 14 h 21 min
      • Répondre

      Bonjour Isabelle, faudrait préciser dans quelles conditions, ce qu’il s’est passé avant!!
      Je te raconte ce qui m’arrive à moi, qui peut te donner une piste.
      J’ai été seule pendant vingt ans, avec seulement deux histoires d’amour assez courtes (environ un an à chaque fois) et un enfant à l’issue de la deuxième.
      J’ai rencontré quelqu’un ; il a rencontré ma famille a plusieurs reprises, on a passé Noël avec ma famille, etc.
      Quelques mois plus tard, ma mère fête son anniversaire de mariage et invite une partie de sa famille (dont des gens qu’elle n’apprécie pas).
      Mes cousins, cousines, oncles, tantes, tout le monde était autorisé à venir avec son compagnon ou sa compagne, comme toujours dans les nombreuses réunions de famille.
      Ma mère m’a demandé de venir plus tôt afin de l’aider à finir les préparatifs de la fête.
      Qquand je suis arrivée, et que je lui ai dit que mon compagnon nous rejoignait par bus un peu plus tard, elle a répliqué qu’elle ne voulait pas qu’il vienne. Pourquoi? Je n’en sais rien! Elle l’a rencontré plusieurs fois, l’a invité chez elle. Quoi qu’il en soit elle aurait pu me prévenir bien plus tôt que cette fois il n’était pas invité.
      Mais peu importe, dans les conjoints des autres membres de la famille, il y a plusieurs personnes qu’elle ne supporte pas, et pourtant elle n’a évidemment pas refusé qu’ils viennent. Non, uniquement le compagnon de sa propre fille!
      Je suis partie, parce que s’il n’avait pas sa place dans cette fête, moi non plus, je ne supportais pas l’idée de rester à cette fête après lui avoir envoyé un sms pour lui dire qu’il n’avait pas le droit d’y venir. Evidemment j’en ai pris plein la gueule, de ma mère, de ma tante, de mon père… à AUCUN moment quelqu’un n’a essayé de comprendre ce que JE pouvais ressentir dans cette situation, que je trouve objectivement injuste. Non, c’était moi la méchante.
      Alors crois-moi, face à cette situation, la “jeune adulte asperger” que je suis, ne ressens plus la moindre envie d’avoir le moindre échange avec ma famille, ils me font tout simplement VOMIR. Je garde contact uniquement parce que je ne veux pas priver mon fils de ses grands-parents, ce n’est pas sa faute. Mais s’il n’y avait pas mon fils, j’aurais totalement rompu avec ma famille, tant avec ceux qui m’ont pourrie, qu’avec ceux qui sont restés silencieux.

      Donc, est-il normal qu’un jeune adulte asperger rompe avec sa famille, eh bien ça dépend! Peut-être que sa famille lui a fait beaucoup de peine auparavant! Je te suggère de chercher de ce côté, avant de porter le blâme sur le jeune adulte.

    • isabelle sur 23 juillet 2020 à 7 h 34 min
    • Répondre

    Il faut comparer ce qui est comparable, Dans notre cas,il n’ya eu aucun rejet de notre fils ; au contraire, je crois que nous avons tout fait pour qu’il soit heureux et avons respecté ses choix (sentimentaux ou de métier).
    A mon sens, rien ne vaut le dialogue ; si on ne s’explique pas, il n’y a plus moyen d’avoir une relation et la situation devient irrécupérable, asperger ou non.

      • Emmy sur 30 juillet 2020 à 10 h 38 min
      • Répondre

      J’ai beaucoup de mal à aller voir ma famille. Je vis assez loin d’eux. Je me sens trop différente. J’ai l’impression de me forcer à jouer un rôle pour être ce qu’ils attendent de moi d’être. Quand j’étais près d’eux, j’avais l’impression de ne pas pouvoir vivre ma vie. Donc j’ai décidé de partir vivre plus loin. Je viens les voir de temps en temps et je reviens toujours épuisée. Je suis contente de les voir, mais angoissée à l’idée d’y aller. Je suis contente de rentrer, et il me faut parfois plusieurs jours pour m’en remettre. Pourtant je les aime, et je suis contente de les voir. C’est très paradoxal tout ça 🙂
      Votre fils a peut être besoin de se ressourcer loin de vous?
      Comme vous dites, on ne peux comparer que ce qui est comparable. Mais aucune personne ne ressemble à une autre…
      Et rien ne vaut le dialogue, mais encore faut-il y arriver….
      J’espère que vous trouverez vos réponses et que la situation avec votre fils s’arrangera 🙂

    • Nisol Isabellen sur 26 juillet 2020 à 10 h 46 min
    • Répondre

    Je vous remercie de votre réponse. Elle me touche car vous essayez de m’aider.
    En fait,il n”a pas été diagnostiqué autiste ; c’est moi(il a appris qui en fais l’hypothèse car j’ai lu plein de livres qde lui mettre l’éui vont dans ce sens. Il est possible que je me trompe et qu’il soit uniquement haut potentiel(il a appris le japonais tout seul à l’âge de 16 ans ,par exemple).
    Cela m’arrange peut être de lui mettre l’étiquette “asperger” car j’ai une explication logique à son comportement.
    Merci encore pour votre gentillesse.

    • isabelle sur 31 juillet 2020 à 9 h 39 min
    • Répondre

    Je vous remercie pour votre réponse. J’aimerais savoir en quoi vous vous sentiez si différente.

    1. Je ne suis pas sure de savoir y répondre. C’est dans la sensation. Le sentiment de devoir s’adapter aux personnes autour de moi. Rester toujours connectée. Ne pas rentrer dans ma bulle. Avoir l’air comme tout le monde. Parler de choses. S’il y a du monde autour de moi, c’est un peu comme si on m’agressait. C’est fort comme mot, mais je trouve pas comment l’exprimer différemment. Comme si des gens venait squatter votre appartement et habiter chez vous. Ils se mettent sur votre canapé, vont se doucher, utilise votre cuisine. Ce n’est pas normal comme situation. Mais si on vous disait que c’est normal, qu’il faut s’adapter, les laisser faire et vivre avec eux ?
      C’est une lutte constante.
      ça c’est moi. Mais votre fils, c’est peut-être différent. On est tous différents.
      En tout cas, si vous ne lui avez rien fait de mal, c’est qu’il ne vous en veut pas. Il vous aime à sa façon. On aime toujours ses parents 🙂

    • isabelle sur 3 août 2020 à 10 h 54 min
    • Répondre

    Cela me fait plaisir de parler avec vous. C’est ètrange mai!s j’ai l’impression d”être un peu comme vous ; je me sens souvent en décalage avec les autres et je dois faire un effort pour me reconnecter quand on s’adresse à moi.
    Néanmoins, je n’en souffre pas et je retrouve avec plaisir les moments de solitude. Peut être y a t’il des degrés dans l’autisme asperger?
    Je pense que chez mon fils,il y a plus de souffrance. Il dit lui-même qu’il exprime sa colère dans sa musique.
    Pourquoi est-il en colère? Je pense que ce n’est pas contre nous mais contre le système dans lequel nous vivons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.