Le projet Chatounets : les troubles du sommeil

Le projet Chatounets : les troubles du sommeil
Le projet Chatounets : les troubles du sommeil

Les personnes autistes ont souvent des troubles du sommeil : elles ont des difficultés à trouver le sommeil et à le conserver.

Les personnes autistes sont sujettes aux insomnies, il leur faut en moyenne 11 minutes de plus que les personnes non autistes pour s’endormir, et beaucoup d’entre-elles se réveillent fréquemment et à plusieurs reprises durant la nuit. 

Le sommeil est aussi moins réparateur chez les personnes autistes, elles passent seulement 15 % de leur sommeil au stade des rapid eye movement contre 23 % pour les personnes non autistes. Le rapid eye movement est un stade du sommeil où interviennent les rêves et qui correspond au sommeil paradoxal.

Le manque de sommeil a des conséquences directes sur les personnes autistes et notamment sur leurs capacités sociales. Les enfants autistes qui souffrent de troubles du sommeil ont plus de comportements stéréotypés et performent moins bien aux tests d’intelligence. Ils ont également plus de difficultés à se concentrer.

Certaines solutions peuvent être mises en place assez facilement pour les enfants ou les adultes : établir une routine avant le coucher peut permettre de sécuriser ce moment de changement entre deux états (éveillé/endormi, jour/nuit) qui peut être inquiétant pour les personnes autistes et faciliter ainsi l’endormissement. Avoir des horaires d’endormissement et de réveil identiques permet de concrétiser cette routine et de rendre le début et la fin de la journée plus prédictible.

Les troubles du sommeil peuvent aussi être liés au système sensoriel de la personne. Un bilan de profil sensoriel peut être réalisé par un professionnel formé (généralement un ergothérapeute, psychologue, psychomotricien) afin de mettre en oeuvre des solutions adaptées : lumières tamisées ou inexistantes, diminution ou augmentation de la température de la pièce…

En dernier recours, des solutions médicamenteuses peuvent également être envisagées pour accompagner le sommeil. Cela ne peut être abordé qu’avec une analyse des bénéfices/risques pour la personne et avec un médecin spécialisé.


Source :

 Special reports : sleepness in the spectrum, Spectrum news, november 2013 

(3 commentaires)

  1. bonjour merci pour tout les articles, ils sont tres interessant,

  2. Bonjour,
    je souhaites recevoir des articles et des etudes de cas sur l,autisme
    Merci

    1. Bonjour, merci pour vos encouragements je suis contente que vous trouviez les articles intéressants. Malheureusement il y avait la possibilité de s’inscrire sur une liste où je diffusais les articles automatiquement par mail, mais j’ai atteint la limite maximum du nombre d’abonnés. Vous pouvez me suivre sur twitter https://twitter.com/PhantomAutisme ou facebook https://www.facebook.com/Comprendre.autisme/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.