Une amygdale plus large est liée à de graves problèmes de comportement chez les filles autistes

image_pdfimage_print

Cet article est la traduction d’un texte issu de la revue de vulgarisation Spectrum News et qui aborde le sujet du rôle de l’amygdale dans les troubles du comportement chez les filles autistes et dont vous trouverez les références complètes en bas de page.

Photo by Patrick Fore 

Les enfants autistes qui ont des troubles du comportement ont tendance à avoir une amygdale droite plus large, une région du cerveau qui aide à traiter les émotions et à détecter les menaces. Et chez les jeunes filles autistes, la taille de la région est associée à la gravité de ces problèmes.

Les résultats proviennent d’une étude de 300 enfants autistes âgés de 2 à 3 ans1. Ils pourraient aider les médecins à être à l’affût de problèmes psychiatriques chez les enfants autistes dès le début, disent les chercheurs.

Je pense que cela a du sens car ils ne sont que 3 (…)Des choses comme l’anxiété et la dépression ne sont généralement diagnostiquées que bien plus tard, peut-être au début de l’adolescence

Christine Wu Nordahl

Explique la chercheuse principale Christine Wu Nordahl, professeure agrégée de psychiatrie et de sciences du comportement à l’Université de Californie, Davis MIND Institute.

L’équipe de Nordahl a présenté les résultats préliminaires de l’étude lors de la réunion annuelle de 2018 de l’International Society for Autism Research.

Des études antérieures ont lié les différences d’amygdale à un large éventail de troubles psychiatriques, mais les résultats chez les personnes autistes sont mitigés, certains rapports suggérant qu’ils ont des amygdales plus petites et certains disant qu’ils en ont de plus grandes.

Le nouveau travail soutient l’idée que l’amygdale est liée à d’autres conditions psychiatriques chez les personnes autistes, explique John Herrington, professeur adjoint de pédopsychiatrie et de science du comportement à l’Hôpital pour enfants de Philadelphie en Pennsylvanie, qui n’était pas impliqué dans la recherche. Herrington a précédemment découvert que les enfants âgés de 7 à 17 ans qui souffrent à la fois d’autisme et d’anxiété ont des amygdales plus petites que leurs pairs typiques.

Ce que des études comme celle-ci fournissent est une explication beaucoup plus nuancée de ce que l’amygdale est réellement responsable en matière d’autisme

Herrington

Cerveaux et comportements

L’équipe de Nordahl a évalué les enfants à l’aide de divers outils de diagnostic. Les parents ont répondu aux questions sur les problèmes comportementaux et psychiatriques des enfants – appelés psychopathologie – et leurs capacités d’adaptation dans les activités de vie quotidienne fonctionnement quotidien.

L’équipe a utilisé un modèle statistique pour regrouper les enfants en fonction de ces traits en trois catégories: ceux qui ont de graves problèmes psychiatriques et comportementaux et une déficience modérée; ceux qui ont peu de problèmes de comportement et peu de déficiences; et ceux qui ont peu de problèmes de comportement mais de graves déficiences.

Dans l’ensemble, 27% des enfants autistes ont d’autres problèmes psychiatriques, a constaté l’équipe. Et ces conditions sont beaucoup plus fréquentes chez les filles: 40% des filles contre 22% des garçons.

C’est, je pense, la découverte clinique la plus utile (…) Leur enfant peut bénéficier de ces autres traitements et améliorer la qualité de leur vie.

Nordahl

Les parents d’enfants autistes, en particulier les filles, doivent être conscients que les comportements problématiques ne font pas nécessairement «juste partie de l’autisme», dit-elle, et doivent être traités séparément.

Les chercheurs ont également utilisé l’imagerie par résonance magnétique pour comparer les amygdales de 226 enfants autistes avec celles de 120 enfants typiques du même âge. Les enfants autistes ont en moyenne des amygdales droites beaucoup plus grandes.

Mais lorsque les chercheurs ont examiné chaque sous-groupe, ils n’ont trouvé des amygdales plus importantes que chez les enfants autistes présentant une psychopathologie élevée et une déficience modérée. Les résultats ont été publiés en janvier dans le Journal de l’American Academy of Child and Adolescent Psychiatry.

L’élargissement de l’amygdale est davantage associé à la psychopathologie qu’à l’autisme lui-même.

explique Nordahl

La présence d’autres conditions comportementales et psychologiques peut expliquer une partie de la variabilité dans les études précédentes de la taille de l’amygdale dans l’autisme, dit-elle.

Les filles avec une grosse amygdale ont tendance à avoir de graves comportements d’intériorisation, tels que des pleurs excessifs ou des cauchemars, qui peuvent signaler de l’anxiété ou de la dépression. Mais la même chose n’est pas vraie pour les garçons avec une amygdale élargie.

C’est un résultat vraiment intéressant qui, pour moi, est le plus difficile à interpréter.

Nordahl

Une possibilité, dit-elle, est que chez les garçons, l’amygdale est impliquée dans des comportements «d’extériorisation», tels que le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention et le trouble oppositionnel avec provocation.

Détection de la menace

L’étude consolide les études montrant que les filles autistes sont plus susceptibles que les garçons autistes de souffrir de dépression et d’anxiété, explique Meng-Chuan Lai, professeur adjoint de psychiatrie à l’Université de Toronto en Ontario, au Canada, qui n’était pas impliqué dans le nouveau travail.

Cet ensemble de données et cette cohorte est vraiment unique en quelque sorte parce qu’il s’agit vraiment de ces premières années.

Lai approuve également l’approche purement axée sur les données de l’étude pour regrouper les personnes autistes en fonction de leur comportement.

Cependant, Herrington se demande si les catégories dérivées d’un modèle statistique sont cliniquement significatives. L’évaluation d’un clinicien pourrait également être un moyen plus précis de mesurer les problèmes de comportement des enfants que le rapport d’un parent, dit-il, «mais comme première étape, [l’étude] est merveilleuse».

On ne sait pas comment une plus grande amygdale pourrait être à l’origine de problèmes comportementaux et psychiatriques. Pourquoi seule l’amygdale droite est agrandie est également un mystère.

Nordahl et son équipe prévoient de tester et de scanner à nouveau les enfants à 6 ans pour voir si les regroupements sont stables dans le temps. Ils mènent également un essai clinique de thérapie cognitivo-comportementale pour traiter l’anxiété chez les enfants autistes âgés de 8 à 14 ans.

Références :

Nordahl C.W. et al. J. Am. Acad. Child Adolesc. Psychiatry Epub ahead of print (2020) PubMed


Enlarged amygdala linked to severe behavioral problems in autistic girls, Spectrum News, Lauren Schenkman, mars 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.