Le harcèlement scolaire chez les personnes autistes

image_pdfimage_print

L’inclusion, c’est le droit à l’éducation pour tous, y compris pour les enfants en situation de handicap. Ces dernières années, les politiques publiques ont mis l’accent sur la nécessité que de plus en plus d’enfants qui jusque-là n’avaient pas accès à l’école, puissent bénéficier des mêmes enseignements, sans discrimination.

Cela modifie la nature du public accueilli et peut occasionner des inquiétudes, de l’incompréhension voir du rejet des enfants en situation de handicap.

Parmi les différents handicaps, les enfants autistes peuvent être particulièrement à risque concernant les discriminations de tous types et le harcèlement.

Ces enfants ayant de faibles compétences sociales et peu d’amis sont marginalisés et non protégés au sein du groupe social et sont vulnérables à l’abus de pouvoir par leurs pairs (Delfabbro et al. 2006).


Définition du harcèlement

Le harcèlement
Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Cette violence se retrouve aussi au sein de l’école. Elle est le fait d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre. Lorsqu’un enfant est insulté, menacé, battu, bousculé ou reçoit des messages injurieux à répétition, on parle donc de harcèlement.


Les 3 caractéristiques du harcèlement

01

La violence

C’est un rapport de force et de domination entre un ou plusieurs élèves et une ou plusieurs victimes.

02

La répétitivité

Il s’agit d’agressions qui se répètent régulièrement durant une longue période.

03

L’isolement

La victime est souvent isolée, plus petite, faible physiquement, et dans l’incapacité de se défendre.

Quelques exemples de harcèlement :

  • Se moquer d’une personne ou plaisanter d’elle à ses dépends
  • Ignorer quelqu’un ou le laisser de côté
  • Pousser, tirer, frapper, donner des coups de pied ou tout autre acte physique
  • Colporter des rumeurs au sujet d’une personne
  • Menacer quelqu’un
  • Obliger une personne à participer à des jeux dégradants ou humiliants contre son consentement ou sans s’assurer de son consentement

Le cyber-harcèlement est défini comme « un acte agressif, intentionnel perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communication électroniques, de façon répétée à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule ».
Le cyber-harcèlement se pratique via les téléphones portables, messageries instantanées, forums, chats, jeux en ligne, courriers électroniques, réseaux sociaux, site de partage de photographies etc.

Le harcèlement sexuel est le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante.
Est assimilé au harcèlement sexuel le fait, même non répété, d’user de toute forme de pression grave dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle, que celui-ci soit recherché au profit de l’auteur des faits ou au profit d’un tiers.

Les signaux d’alerte du harcèlement





Vous pensez que votre enfant est harcelé ? Voici les signaux d’alerte à surveiller :

  • S’il revient souvent de l’école avec les vêtements abîmés, sales, s’il manque des vêtements, des livres, des objets personnels régulièrement
  • Il sèche les cours, trouve des excuses pour ne pas aller en cours ou que ses résultats scolaires chutent brutalement
  • Il est plus anxieux que d’habitude ou il n’était pas anxieux et le devient
  • Il est déprimé ou moins joyeux qu’à l’accoutumée, il semble préoccupé ou triste
  • Il a davantage de difficultés à se concentrer
  • S’il a souvent des bleus, des égratignures, des blessures plus ou moins importantes et qu’il n’explique pas comment il s’est fait ca
  • Vous observez plus d’intensité dans ses comportements répétitifs
  • Il est plus irritable, a davantage de comportements défis sans que vous en trouviez la cause

Ces signes d’alerte ne sont pas toujours faciles à évaluer dans le cas des enfants autistes car beaucoup ont par exemple des troubles déficitaires de l’attention et ont déjà des difficultés de concentration, ou sont anxieux régulièrement.

Vous connaissez bien votre enfant, fiez vous aux changements que vous pourrez observer.

Les conséquences du harcèlement scolaire sur les enfants autistes

Une recherche a montré un lien de dépendance entre le degré de harcèlement et l’apparition de difficultés ou de problèmes de santé mentale comme l’anxiété, l’hyperactivité, les stéréotypies et comportements d’auto-agressivité.

Ces résultats concordent avec la littérature internationale sur cette thématique, qui indique que les enfants qui sont victimes de harcèlement sont plus susceptibles que leurs pairs de présenter divers problèmes de santé mentale, qu’ils soient internalisés ou externalisés (Delfabbro et al.2006; Grills et Ollendick 2002; Haynie et al.2001; Mitchell et al.2007; Nansel et al.2001, 2003, 2004; Ybarra et Mitchell 2004, 2007). Le harcèlement est stressant pour les enfants autistes et a un impact négatif sur le concept de soi. Ces deux éléments sont associés à des problèmes de santé mentale (Grills et Ollendick 2002; Marsh et al. 2001; Nansel et al. 2004; O’Moore et Kirkham 2001).

Au delà des troubles que cela entraîne au niveau de la santé mentale et physiologique, le harcèlement peut aussi conduire les enfants à refuser d’aller à l’école. Comme l’explique Tony Attwood, le refus scolaire aura un effet négatif sur le développement scolaire et social et peut conduire un élève à abandonner complètement l’école. Cela aura des conséquences sur l’emploi futur et créera un besoin de prestations et d’accompagnement spécifique. Les comportements associés au refus d’école sont également stressants pour les parents et les frères et sœurs, et préoccupent l’école et les enseignants.

Un rapport de 2011 du ministère de l’éducation nationale pointe les conséquences du harcèlement sur la santé physiologique pour tous les enfants, pas seulement ceux qui sont autistes. Ainsi cela peut se traduire par des vomissements, évanouissements, maux de tête, de ventre, problèmes de vue, insomnie et de faiblesse du système immunitaire. Certaines victimes peuvent développer des troubles du comportement, souffrir de troubles alimentaires comme l’anorexie ou la boulimie.

L’enfant peut aussi développer un trouble anxio-dépressif pouvant aller jusqu’à une conduite suicidaire car un sentiment de désespoir, chez un enfant fragilisé par une situation qu’il juge insurmontable, peut conduire à un passage à l’acte suicidaire.

J’étais un jeune enfant autiste asperger non diagnostiqué et j’ai subi le harcèlement scolaire sévère durant deux longues années. Tout d’abord en 6ème dans un collège privé du Nord-Isère, puis en 3ème dans un collège public. À chaque fois, le phénomène est monté crescendo.
Pendant les premiers mois, c’était des insultes, puis du vol de matériel souvent en plein cours et enfin des violences physiques et ce, tous les jours.
Timothé Nadim

Solutions et ressources pour lutter contre le harcèlement scolaire des enfants autistes 

Les adultes doivent faciliter des relations saines entre les enfants. Les parents et les enseignants, ainsi que tous les autres adultes impliqués avec les enfants, doivent travailler à la création d’environnements positifs pour promouvoir des interactions positives avec les pairs et minimiser le potentiel d’interactions négatives avec les pairs comme l’intimidation et le harcèlement (Cummings et al. 2006).

Les activités sociales chez les enfants peuvent mettre en place une dynamique de groupe positive (inclusion, bienveillance, etc.) ou une dynamique de groupe négative (exclusion, agressivité, etc.). Il est important que les adultes structurent la vie des enfants de manière à ce que les comportements agressifs et d’intimidation ne puissent pas se développer ou prospérer (Pepler et Craig 2007). Par exemple, lorsque des équipes sont choisies pour des sports, il est préférable d’affecter des enfants à des équipes plutôt que de choisir des capitaines d’équipe et de leur permettre de choisir d’autres enfants car cela contribue à ce que les enfants marginalisés soient généralement exclus.

Lorsque les pairs se rassemblent pour regarder un épisode de harcèlement, l’épisode a tendance à durer plus longtemps car le harceleur est renforcé par l’attention des autres (O’Connell et al., 1999).

Si des pairs interviennent, cependant, l’épisode d’intimidation s’arrêtera immédiatement plus de 50% du temps (Fekkes et al. 2005; Hawkins et al. 2001).

Voici quelques ressources pour sensibiliser au harcèlement scolaire. Certaines sont dédiées spécifiquement à l’autisme, d’autres non.

Une infographie sur le harcèlement scolaire chez les personnes autistes que j’ai réalisé (format A4, peut être téléchargée et imprimée facilement pour des actions de sensibilisation):

Infographie sur le harcèlement scolaire chez les personnes autistes : les chiffres, la définition, les conséquences et les solutions
Le harcèlement scolaire chez les personnes autistes

Vous pouvez télécharger l’infographie ici :

Ou la retrouver sur Pinterest.

Un article que j’ai rédigé sur le harcèlement scolaire chez les étudiants autistes.

Une vidéo qui aborde le harcèlement sexuel à l’école. Elle est plutôt destinée à un public de collégiens ou lycéens.

Deux vidéos sur le harcèlement des enfants autistes (tout public).


Références :

Cappadocia MC, Weiss JA, Pepler D. Bullying experiences among children and youth with autism spectrum disorders. J Autism Dev Disord. 2012;42(2):266-277. doi:10.1007/s10803-011-1241-x

Le site internet “non au harcèlement”

Van Schalkwyk G, Smith IC, Silverman WK, Volkmar FR. Brief Report: Bullying and Anxiety in High-Functioning Adolescents with ASDJ Autism Dev Disord. 2018;48(5):1819-1824. doi:10.1007/s10803-017-3378-8

6 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • Cayre sur 1 septembre 2020 à 10 h 50 min
    • Répondre

    C’est tellement ça. Moche et destructeur, nous avons valorisé notre fils toute sa primaire seul, jusqu’à nous dire que notre enfant avait “Trop d’education”.
    Aucune aide, du corps enseignant, j’ai fait du forcing pour un rdv au cmp, afin qu’il se construise avant le college que 3 rendez vous et aucun compte rendu. Nous avons juste pu voir avec le college qu’il soit séparé des eleves du village, ce qui a ete fait et lui a permis de voir d’autre horizon sans souffrance mais quand enfant mutisme, dur dur.
    Pas écouter par les généralistes depuis bb, il a fallu un attendre ses 20 ans pour avoir un diagnostique après un début de dépression.
    Alors ne faite pas comme moi, bouger les professionnels et faite vous aider si on vous prend pas au sérieux.

    1. C’est terrible de lire votre témoignage. Il est vrai qu’un diagnostic tardif a tendance à aggraver les situations de harcèlement car les pairs et enseignants ne comprennent pas pourquoi la personne à des comportements qui peuvent sembler étranges, alors qu’une fois qu’on sait que la personne est autiste on peut un peu plus expliquer ce qu’il se passe. J’espère que votre fils va mieux.

    • Meerschaut Sophie sur 1 septembre 2020 à 18 h 51 min
    • Répondre

    Pour ma fille de 16ans,,autiste asperger, diagnostiquée à 12 ans, le harcèlement a commencé dès la maternelle avec des questions récurrentes des autres élèves de village: pourquoi tu souris pas?, tu es triste? Tu veux pas jouer? Cela s’est accentué avec l’entrée en CE1 en sautant le CP car elle a su lire d’elle même en grande section. Les autres élèves lui disaient qu’elle avait triché, que c’était la chouchoute de l’institutrice et que c’était une intello. Ces remarques paraissent dérisoires sorties du contexte mais à longueur de journée et tout le temps. Ça détruit. Nous avons fait exprès de l’envoyer dans un grand collège hors secteur mais la situation s’est très vite dégradée. Elle a fini par être descolarisée. Ensuite, elle fera les cours par correspondance. Le collège était informée du harcèlement mais n’a rien géré. Ma fille a dû dénoncer ses harceleurs qui ont été reçu par la CPE et faire des excuses à ma fille. Ensuite, cela a été pire.

    1. oui malheureusement parfois même quand le harcèlement est connu il continue. J’espère que les études par correspondance lui conviennent et qu’elle va un peu mieux. Il faut faire attention aux conséquences à longs termes qui peuvent apparaître plus tard, peut être lui proposer un suivi psychologique si elle en ressent le besoin.

    • Vautrin Laurent sur 8 septembre 2020 à 16 h 45 min
    • Répondre

    J’ai lu avec attention votre article. Je suis professionnel au sein d’un Sessad pour enfants avec autisme. Vos conseils vont pouvoir m’aider un peu plus sur l’accompagnement que l’on peut faire avec les enfants que nous suivons dans les écoles. En toute Humilité, je fais mon travail du mieux possible pour SENSIBILER tous les partenaires avec qui nous travaillons. C’est très intéressant de voir les personnes qui essayent de mettre des choses en place. On se dit que le travail et la connaissance des problématiques autistiques font leur chemin. Pas à pas avec PATIENCE et CONVICTION. J’ai eu l’occasion de faire de la sensibilisation à l’autisme avec des photos pour les petits de maternelle et on voit assez rapidement que les changements s’opèrent. Pour anecdote, un petit garçon du milieu ordinaire m’a dit ” Monsieur, vous savez aujourd’hui je vais jouer avec mes copains mais demain c’est promis je jouerai avec X “. C’est important de travailler cela très tôt avec eux et l’entretenir du mieux possible. Cette année on va essayer de faire une sensibilisation auprès des parents de la classe d’un enfant avec autisme. A suivre donc …. .
    En tout cas, je souhaite bon courage aux parents et aux enfants qui ont témoigné. Ne baisser pas les bras.
    Sincères salutations et merci à l’équipe de COMPRENDRE L’AUTISME pour vos articles.
    LV

    1. Merci pour votre travail de sensibilisation. C’est très important d’agir au quotidien sur le terrain au plus près des élèves pour leur expliquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.